Rencontre avec une DOULA !

Cette semaine, Les P’tits Sages s’intéressent au métier de DOULA … Vous connaissez ?  Nous avons eu la chance de rencontrer Amandine, cet été, qui exerce cette activité sur le bassin Lyonnais. L’occasion pour nous de lui poser quelques questions et de vous permettre de découvrir ce métier souvent méconnu.  Bonne lecture !

 

 Qui es-tu Amandine ?

J’ai 38 ans et je suis maman de trois enfants. Passionnée par tout ce qui concerne la petite enfance et la parentalité, mon histoire personnelle m’a poussé à me questionner sur l’accompagnement des femmes notamment dans leur parcours de grossesse. En effet, par manque d’information, mes trois accouchements se sont déroulés dans un contexte qu’on pourrait qualifier de surmédicalisé. La normalisation de cette surmédicalisation, à créé chez moi un sentiment de malaise, comme si j’avais été dépossédée de mes accouchements. J’ai été spectatrice plutôt qu’actrice. Par la suite, j’ai ressenti le besoin d’informer mes ami(e)s afin de leur éviter de subir ce que j’avais moi-même subit. En faisant des recherches sur l’accompagnement des femmes en France, j’ai découvert le métier peu connu de doula et cela a été une évidence pour moi : j’étais convaincue d’avoir trouvé le métier le plus en adéquation avec mes convictions et ma passion.

 

 Comment devient-on doula ?

L’empathie et l’écoute font partie de ma personnalité et je ressens le besoin de l’exprimer dans mon travail. Mon expérience de vie et de maman m’a amené à me poser des questions concernant l’accompagnement des futurs parents et l’accueil de leur bébé. Je désirais être à leurs côtés afin de les informer et les rassurer pour qu’ils puissent faire leurs propres choix. J’ai choisi de suivre la formation au sein de l’institut de Doula de France et par la suite d’acquérir par moi-même un savoir le plus exhaustif possible afin d’offrir aux parents un accompagnement plus complet, notamment avec le massage femme enceinte / bébé et le portage.

 

 En quoi consistent les activités d’une Doula ?

Tout d’abord il est important de rappeler que la doula ne se substitue pas au suivi médical réalisé par un professionnel de santé (sage-femme, gynécologue, médecin…). Elle est avant tout une source d’informations et de transmission facilitant les choix des parents tout le long de leur projet de naissance. Bien souvent, la future maman est amenée à rencontrer beaucoup de professionnels différents dans son parcours de grossesse (sage-femme, gynécologue, échographe…). Elle a besoin d’avoir auprès d’elle une personne avec qui elle crée un véritable lien de confiance, qui sera présente tout au long de sa grossesse, éventuellement le jour de l’accouchement (avec accord de l’équipe médicale) et dans les premières semaines avec son bébé. Mon rôle en tant que doula est de guider les futurs parents afin qu’ils puissent y voir plus clair dans la multitude de choix qui s’offrent à eux : le lieu d’accouchement (maternité, maison de naissance, domicile…), accoucher avec ou sans péridurale, les conditions d’accueil de leur bébé, etc. Au retour de la maternité, j’aide la famille à s’adapter à la nouvelle organisation en offrant des services concrets comme la préparation de repas, quelques tâches ménagères ou courses. Je mets tout en œuvre pour que la maman puisse se reposer au maximum et créer le lien avec son bébé. Si la maman désire allaiter, je peux aussi l’accompagner dans la mise en place de son allaitement. Mais je suis également présente pour le papa : il s’agit de lui donner tous les outils pour que le jour de la naissance il puisse soutenir au mieux la maman et être le garant de leur projet de naissance.

Bref, une doula donne confiance en la capacité de la femme à accoucher, elle aide à diminuer la peur en répondant aux questions, elle offre un espace d’écoute et une présence rassurante.

 Existe-t-il un profil de futurs et/ou jeunes mamans, papas qui s’adressent à une doula ?

Tous les futurs parents qui s’interrogent sur leur projet de naissance, qui ont des questions ou des doutes, peuvent s’adresser à une doula.
Plus généralement, la doula a pour vocation d’accompagner toutes les femmes dans les étapes marquantes de leur vie (interruption de grossesse, deuil, assistance médicale à la procréation…).

 Quelles relations entretenez-vous avec le corps médical (par exemple avec les sages-femmes) ?

Le rôle de la doula est complémentaire à celui de la sage-femme. J’ai eu la chance de rencontrer des sages-femmes qui ont su voir l’apport que peut avoir une doula : les aider à maintenir une dimension humaine pendant la grossesse et l’accouchement. En informant, en accompagnant au quotidien les parents tout en restant proche d’eux, notre vision commune est de contribuer à ce que l’atmosphère autour du projet de naissance soit apaisée et positive pour les parents. Il est donc important de maintenir un lien de coopération avec l’équipe médicale, dans l’intérêt de la femme enceinte, afin de lui proposer un accompagnement le plus adapté possible.

 

 La présence des doulas auprès des futurs parents est de plus en plus en vogue, comment expliques-tu ce phénomène ?

Il faut savoir que dans de nombreux pays (Canada, Grande-Bretagne, Suisse, etc.) les doulas sont beaucoup plus connues et présentes. En France nous entendons de plus en plus parler de violences obstétricales, voire d’accouchements traumatiques. Les futurs parents commencent à prendre conscience de la banalisation de certaines pratiques (péridurale, épisiotomie, position sur le dos, etc.) et qui entraînent parfois une surmédicalisation. Ils sont soucieux du respect de leur projet de naissance, souhaitent aussi être plus informés tout au long du parcours, ce qui explique qu’ils se tournent vers les doulas.

 

 A quel moment peut-on faire appel aux services d’une doula ?

Dès que les futurs parents en ressentent le besoin. Dans le cadre d’une grossesse, la doula peut intervient dès le 4ème mois et jusqu’aux 3 mois du bébé environ.

 

 A titre indicatif, peux-tu nous expliquer le système de tarification d’une doula ?

Certains parents auront plutôt besoin d’un accompagnement tout le long de la grossesse, et d’autres parents plutôt en post-natal. Cela dépend vraiment du besoin et de l’histoire de chaque couple. Pour ma part, je propose une tarification flexible à l’heure, les futurs parents peuvent très bien ne faire appel à moi qu’une ou deux fois, si l’engagement sur la durée ne leur paraît pas nécessaire. Il est important de noter qu’en cas de règlement par Chèque Emploi Service Universel (CESU) les parents peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt.

 

Merci Amandine pour toutes ces informations et à bientôt !

Pour davantage d’informations sur ses services, voici son site web : www.bien-naitre-doula.fr

et merci à Audrey Parriaux et aux modèles pour le crédit photos grossesse !

Par |2018-09-28T11:59:22+00:002 septembre 2018|Education alternative|