Le portage bébé, un effet de mode.

Le portage bébé : un sacré effet de mode depuis 1 800 000 ans !

 

Le Portage bébé dans le monde occidental.

Contrairement à nos idées reçues, le portage bébé n’est pas venu d’Afrique, la civilisation occidentale est elle aussi une société de portage depuis le commencement.

 

Dès la naissance de l’humanité…

L’évolution de l’espèce amène l’Homme à se redresser et à perdre son pelage. Mais cette évolution rapide, amène une problématique dans la vie de nos ancêtres, le bébé ne peut plus s’agripper au dos de leur mère comme le font les primates. Le nouveau né est exposé au froid et aux prédateurs, les mères doivent trouver une solution pour se déplacer avec l’enfant tout en ayant les bras libérés (voyager, aller à la cueillette…) Il y a 1 800 000 ans, les premiers portes -bébés voient le jour : sorte de bandeaux en peaux ou en viscères (étudié et mis en avant par T. Taylor, archéologue moderne britannique). Le portage bébé répond à un mode de vie nomade.

 

De nomade à sédentaire, le portage reste.

Au moyen âge, la mère s’occupe de son enfant, parfois avec l’aide d’une nourrice ou des aînés. Le bébé reste dépendant de sa mère en raison de l’allaitement. Elle transporte le dernier né partout grâce à un porte bébé souvent en tissu, en bois ou un petit berceau qu’elle porte sur la tête ou au dos grâce à des sangles comme sur cette illustration représentant une mère porteuse. (Livre d’astrologie, France XIVe siècle)

Le portage bébé répond au besoin de se déplacer pour se rendre en ville, aller au marché par exemple, ou pour de longs trajets comme les pèlerinages.

On trouve aussi de magnifiques illustrations lors de la Renaissance comme ce tableau de Giotto représentant Marie et son fils Jésus porté dans une étole. (Fuite en Egypte – Giotto – 1305)

 

 

A partir du XVIIe siècle.

Pendant 200 ans (1600-1800), le rôle des nourrices s’accentuent dans toutes les classes sociales, leur place dans la vie des enfants aussi et on observe moins de proximité entre le parent et son enfant. Les mères allaitantes sont plus rares. Le portage des enfants est moins fréquent. La médecine progresse et se met à dispenser de multiples recommandations.

Les années 1700 amènent deux innovations : le berceau, l’enfant va quitter le lit parental, et l’invention en 1733 de l’ancêtre de la poussette (par W.Kent) qui restera méconnu encore quelques années.

Le portage bébé reste la norme pour se déplacer, majoritairement effectué par les nourrices.  

 

Le véritable déclin du portage.

Poussette milieu du XIXè siècle

Au début du XIXème siècle, les femmes commencent à travailler en masse (révolution industrielle). Elles ont désormais besoin de confier leur enfant ce qui sera grandement facilité par  l’invention en 1848, du premier lait maternisé.

D’abord réservé aux plus riches, le landau sera entièrement popularisé à la fin du XIXe siècle.

Une page se tourne sur le portage bébé qui est désormais un signe d’extrême pauvreté, lié à un statut social peu reluisant. La modernisation, l’arrivée du lait maternisé, et les innovations comme le landau, auront raison du portage bébé, pour le moment.

 

Penser l’enfant autrement.

Au début du XXème siècle, grâce à l’invention de la couche imperméable, les chercheurs mettent en avant qu’une meilleure hygiène diminue la mortalité infantile. Les femmes sont assommées sous les recommandations médicales.

Dès 1950, le matériel de puériculture explose le marché : gigoteuses, transat, chaise haute, poussette… C’est une véritable révolution.

Le lien proximal parent-enfant est mis à mal par les découvertes médicales souvent en contradiction les unes aux autres, et par les offres commerciales et innovations.

En 1970, Bernhard Hassenstein introduit le “porté” comme caractéristique de l’animal et relance le débat sur le portage des bébés. On s’intéresse au développement du nouveau né, les bébés sont considérés comme des petits êtres à part entière dont on étudie les besoins et la meilleure façon de les prendre en compte (grâce aux travaux de Dolto, Odent, Leboyer, Brazelton…) Le portage bébé va être étudié à nouveau grâce à l’essor du peau à peau (méthode Kangourou, Bogota, 1979).

La naissance de l’écharpe et du portage bébé moderne.

C’est dans les années 80, en Allemagne, qu’apparaît l’écharpe telle que nous la connaissons aujourd’hui. On doit son apparition notamment à Erika Hoffman, fondatrice de la marque Didymos, qui réalisa une écharpe inspirée des méthodes de tissages mexicaines afin de porter ses deux jumelles.

 

Nous sommes une société sédentaire mais avec un besoin immuable de mobilité. Suivant nos modes de vie le portage bébé simplifit ces déplacements. Que ce soit pour une balade en forêt, des trottoirs trop étroits, faire le tour du monde et visiter des endroits reculés, chacun à sa propre motivation au portage des enfants. Le portage bébé ne répond pas qu’à une nécessité de se déplacer, on sait désormais que porter répond à un besoin primaire, le besoin de contact (sens du toucher), que nous avons dès la naissance. Le portage des bébés favorise l’échange avec le parent, participant au bon développement du cerveau.

Ces dernières années, la perception de l’enfant, les connaissances sur son développement et sur l’importance du portage bébé n’ont fait que s’accroître permettant au portage de connaître un nouvel essor. Aujourd’hui les parents et les professionnels se forment pour intégrer le portage à leur mode de vie dès la naissance.

Le portage est une passion pour vous aussi ? N’hésitez pas à partager vos photos en commentaire !

 

A propos du rédacteur:

Passionnée par le portage et convaincue par les pédagogies actives, elle assure l’accompagnement lors des ateliers et participe au développement de notre association ! Marion est actuellement en formation continue auprès de Nelly, monitrice et formatrice en Portage bébé (& bambins) afin de renforcer l'équipe à Bordeaux . Elle partage avec vous son expérience de maman et de professionnelle.

Laissez votre commentaire